Metal Church [1985]

Metal Church s’est fait connaître au milieu des années principalement par ses 2 premiers albums et sa participation à la tournée Master Of Puppets de Metallica. Son heavy-metal agressif, très riffus au frontière du Thrash et la voix si particulière de David Wayne en font les principaux centres d’intérêts. Niveau compos, ça assure grave et ce premier album contient la majorité des classiques du groupes : Beyond The Black , Metal Church, Gods Of Wrath, In The Blood pour en citer 4…il n'y a de toute façon rien à jeter sur ce disque. A noter aussi la superbe reprise du Highway Star de Deep Purple que le groupe s’est appropriée avec brio (ils l’ont joué à chaque concert ou presque depuis). Enfin bref, ce premier essai est à mes oreilles un des classiques du Heavy Metal et reste le chef d’œuvre de ce groupe auteur par la suite d’albums honnêtes mais jamais aussi inspirés. Un must.

The Dark [1986]

Pas facile de donner une suite à un album comme ce premier album éponyme pourtant l’exercice est réussi pour Metal Church. Les compos font mouches et restent en tête, avec toujours ce style au frontière du Heavy et du Thrash avec cette fois une touche plus mélodique et posée, notamment dans les refrains comme sur Method To Your Madness ou Watch The Children Pray sur laquelle le chant de David Wayne prend toute sa dimension montrant son visage à la fois agressif et bourrés d’émotions. Qu’on se le dise The Dark est un excellent cru de Metal Church même s'il n'atteint pas le sommet du début.

Blessing In Disguise [1989]

Sur ce disque le chanteur originel David Wayne est remplacé par Mike Howe et du coup le style évolue un peu, moins brut, moins agressif, plus mélodique et travaillé, alambiqué, parfois carrément progressif…mais toujours metal. Je dois avouer ne pas avoir percuté de suite à ce disque ne retrouvant pas vraiment les sensations et l'amour que j'ai pour les deux premiers albums et son chanteur originel, mais finalement avec le temps ce disque se montre diablement redoutable, certains titres sont même à la hauteur des classiques des albums précédents. Ce disque complète de belle façon la discographie et reste à mes yeux le dernier grand album de Metal Church qu'on est obligé de posséder. Conseiller à tous les amateurs de Heavy Metal old school.

The Human Factor [1991]

Curieusement moins brut de décoffrage que les premiers albums, ce disque n’en demeure pas moins un des plus Thrashy de Metal Church, pas le Thrash d’Exodus ou Slayer bien sûr, mais un Thrash quelque part entre Megadeth pour les riffs et Overkill pour la voix. Et oui, c’est marrant mais je trouve que le timbre de John Howe a des réminiscences du chanteur Bobby Blitz ici. Enfin bref, le heavy très orienté de Metal Church résonne à travers ce disque et tous ceux qui apprécient le groupe de Seattle ne devraient pas être déçus, musicalement c’est du haut niveau. A mes oreilles, il manque peut-être des hymnes accrocheuses pour égaler les 3 premiers albums, même si un ou deux titres comme The Final Word ou In The Mourning viendront justement me contredire. Les titres sont bons mais ne restent pas vraiment en tête. Si ce disque n’est pas indispensable, il ne reste pas moins un disque de Heavy Metal de qualité très chaudement conseillé aux amateurs de Metal old school bien burné.

Hanging In The Balance [1993]

Waouh la pochette de mauvais goût ! c’est pas possible d’oser sortir ce genre de chose quand on s’appelle Metal Church… enfin si la musique assure, on passe outre, et c’est à moitié le cas ici. A moitié, car si ce disque est sympa il n’est pas une tuerie non plus. La faute à un disque qui lorgne plus vers le Hard  que le Heavy/Thrash de ses débuts, les titres sont globalement plus mid-tempos, moins furieux que par le passé…le résultat est pas déplaisant mais on a trop rarement l’impression d’écouter un vrai disque de Metal Church et c’est le plus gros défaut de ce disque. Mais bon si l’on fait attraction ça reste un disque de Hard’N’Heavy honnête, avec de bons riffs, des mélodies assez efficace…mais rien qui ne le fasse ressortir le groupe du lot. Dispensable finalement même si le résultat n'est pas inaudible.

Note de l'auteur: cette chronique ayant été écrite en 1998, il faut avouer que depuis les albums sont devenus tellement anecdotiques que ce disque doit être réhabilité, je le ressorts régulièrement 20 ans plus tard, il contient de bons titres de Heavy US pas forcément à la hauteur des débuts mais très sincères et old school dans l'âme, au mieu des années 90, il n'y a avait plus beaucoup de groupe à oser sortir ce genre d'album et rien que pour ça, il mérite son étoile supplémentaire.

A Light In The Dark [2006]

J’attendais pas grand-chose de ce Metal Church Les derniers albums étaient déjà plutôt anecdotiques, ce disque ne fait que confirmer l’impression, Metal Church n’a plus le feu sacré en studio, enfin disons que ça n'a plus rien de comparables à leur 4 ou 5 premiers opus. Quelques mélodies çà et là viennent faire illusion, les rffs sont dans l'ensemble bien efficaces et on se surprend à taper du pied à plusieurs reprises. Mais bon qu'on ne s'y trompe pas, une fois l'album écouté quelque fois on le range et ne donne pas forcément envie d'y revenir. Il s'agit déjà du deuxième album avec Ronny Munroe au chant et si il est loin d'être mauvais, il n'a pas un timbre de voix qui sublime les compos. L'ensemble des compos sont plutôt lentes et manque d'énergie, disons le: on s'emmerde un peu. Bref, ce disque s'il ne fait pas complétement déshonneur à la discographie de Metal Church ne parvient pas à lui donner le coup de fouet qui permettrait à ce groupe de se distinguer de la masse. Dommage... 

XI [2016]
La carrière de Metal Church commençait à sérieursement s'enliser dans une certaine confidentialité indigne de son statut de groupe culte. Le retour de Mike Howe est donc une bénédiction d'autant que le groupe a une voix toujours aussi magique après plus de 20 ans de silence radio. XI fut donc un des disques les plus attendus de l'année par les nombreux amateurs de Heavy Metal que nous sommes. Personnellement, j'ai été complètement conquis par ce retour, le groupe renoue avec des compositions accrocheuses et on retrouve enfin un peu de passion et d'ambition au niveau des compositions. C'est sans doute leur meilleur album depuis The Human Factor. Malgré tout, il manque peut-être un petit quelque chose pour en faire une tuerie absolue, de la vélocité par exemple ou quelque chose qui puisse élever ce disque au rang de tuerie absolue, l'album est peut-être trop mid-tempo pour devenir un classique absolu et c'est surtout la voix magnifique de Mike Howe qui rend cette album si chouette. Mais je vais pas bouder mon plaisir car des morceaux comme No Tomorrow ou Shadow sont vraiment bons et ça faisait quand même longtemps que je n'avais plus écouté un nouvel album de Metal Church avec autant de plaisir. Un retour réussi.

Damned If You Do [2018]
Ce nouvel album de Metal Church n'est clairement pas à la hauteur de mes attentes, il manque cruellement de patates et d'énergie, les riffs sont plats et répétitifs. Si on retrouve malgré tout quelques bon passages c'est surtout grâce à voix de Mike Howe qui est le principal atout du groupe. A ce jour c'est toutefois l'album le plus faible enregistré par Metal Church avec Mike au micro. C'est d'autant plus dommage que le groupe semblait avoir retrouvé une certaine qualité d'écriture sur l'album précédent mais Damned If You Do renoue les défauts des albums des années 2000 du groupe, à savoir proposer un heavy trop prévisible et classique pour captiver son auditeur. Les bienveillants auront malgré tout plaisir à entendre ses nouveaux morceaux qui se laissent écouter mais qui ne marqueront pas la carrière du groupe. Une des belles déceptions de l'année pour moi.